Historique

L’école secondaire publique Omer-Deslauriers est une école de langue française située dans l’Ouest d’Ottawa, d’une grande diversité culturelle, qui accueille des élèves originaires de plus de soixante pays.

Anciennement connue comme l’école Champlain (pendant plus de dix ans), puis comme l’école de l’Ouest (en 1999), l’école renommée Omer-Deslauriers en 2002 est une véritable école du monde.

Aujourd’hui, l’école Omer-Deslauriers est en pleine croissance, accueillant plus de 600 élèves de la 7e année à la 12e année. L’école fait partie de la grande famille du Conseil des écoles publiques de l’Est de l’Ontario (CEPEO) et propose une vie scolaire et parascolaire époustouflante grâce à son équipe dynamique et dévouée.

Qui était Omer Deslauriers?

Un grand nombre des réalisations les plus importantes de la communauté franco-ontarienne au cours des trois dernières décennies portent l’empreinte du même homme : Omer Deslauriers. Successivement éducateur, haut fonctionnaire au gouvernement de l’Ontario, conseiller de l’ex-premier ministre William Davis et militant pour des services communautaires de soins de santé, Omer Deslauriers s’est toujours assuré que la communauté francophone prenait sa place au sein de la collectivité ontarienne et canadienne.

Après une quinzaine d’années passées en classe, notamment à l’Académie De la Salle d’Ottawa, il revendique au cours des années 1960 un réseau d’écoles secondaires publiques de langue française pour les Franco-Ontariens qui, jusque là, n’avaient accès qu’à l’école privée. Le groupe qu’il dirige a gain de cause en 1968, lorsque le gouvernement Robarts accorde l’enseignement public en français jusqu’à la fin du secondaire.

Au cours des prochaines décennies, Omer Deslauriers est, tour à tour, président de l’Association canadienne-française de l’Ontario, président du Conseil des Affaires franco-ontariennes, délégué général de l’Ontario auprès de la Communauté européenne à Bruxelles et conseiller du gouvernement ontarien sur les questions intergouvernementales francophones.

Durant cette période, il fait aussi avancer plusieurs dossiers dont l’utilisation officielle du français dans les tribunaux ontariens, l’offre de nouveaux cours en français dans les collèges et universités de la province, la création du Collège de technologie agricole et alimentaire d’Alfred, la mise sur pied de TFO (la télévision publique ontarienne de langue française), le règlement de la crise scolaire de Penetanguishene, la prestation de nouveaux services gouvernementaux et de santé en français et la formation du Regroupement des intervenants(e)s francophones en santé et services sociaux de l’Ontario.

Au cours des dernières années de sa vie, M. Deslauriers a reçu plusieurs décorations et marques de reconnaissance, dont l’Ordre de la francophonie, l’Ordre du Canada et l’Ordre du mérite franco-ontarien. Il a également été nommé Personnalité Richelieu International en 1997.

Omer Deslauriers est décédé en 1999.